Pyramides de Gizeh
Egypte

Des découvertes pour encore plus de mystères

Pour ce premier article, laissez-moi vous prendre par la main. Ensemble, fermons les yeux et remontons le temps.
Sur une terre baignée de soleil et où coule un fleuve majestueux se dressent trois pyramides. Trois sœurs faites de pierre blonde, protégées par un sphinx impavide. Elles dominent la vallée depuis plus de 4000 ans. Que dissimulent-elles dans leurs entrailles minérales ? Ont-elles livré tous leurs secrets ? Il semblerait que non.

Scan Pyramids
Image Sciences et Avenir

En octobre 2015, une équipe de chercheurs pluridisciplinaire et internationale, provenant des universités du Caire, de Québec et de Nagoya (Japon), obtient l’autorisation de sonder le cœur de la pyramide de Kheops – la plus ancienne des trois pyramides de Gizeh – sans y pratiquer le moindre orifice afin de ne pas endommager le bâtiment. Que recherchent ces scientifiques ?

Il faut avant tout savoir que les égyptologues ignorent toujours comment ces imposantes constructions ont été érigées. De multiples hypothèses ont été énoncées : rampes frontales, latérales ou hélicoïdales, instruments de levages, etc.
Ensuite, la structure interne de ces bâtiments est encore mal connue. Conçus pour protéger le corps de Pharaon, ils sont censés être inviolables. Or, dans la centaine de pyramides élevées en Egypte tout au long de l’Ancien Empire, aucun corps n’a jamais été retrouvé. Se pourrait-il que des chambres aient échappé aux chercheurs jusque là ?

C’est à ces deux questionnements que la mission scientifique « Scan Pyramids » espère pouvoir apporter un début de réponse. Deux techniques de pointe sont mises en œuvre.
La première, la thermographie infrarouge, a permis d’établir une carte thermique de la Grande Pyramide, révélant les vides et les pleins du monument. La deuxième, une radiographie par muons, a permis de vérifier la présence ou l’absence de structures inconnues à l’intérieur du bâtiment.

Scan Pyramids
Image Industrie Techno

La thermographie infrarouge repose sur une loi de la physique : tout matériau émet de l’énergie en fonction de sa température, les ondes infrarouges. Des caméras équipées de capteurs enregistrent ces ondes et génèrent des images dont chaque couleur correspond à un degré de chaleur plus ou moins élevé. L’intérêt est de repérer d’éventuelles zones froides qui pourraient révéler la présence de cavités à l’intérieur de la pyramide.

Scan Pyramids
Image Sciences et Avenir

Les muons, eux, sont des particules élémentaires provenant du ciel. Ils sont créés lors de la collision des rayons cosmiques avec les noyaux des atomes de notre atmosphère. En tombant sur Terre, ils traversent tout corps solide qu’ils rencontrent, comme des rayons X. Les chercheurs ont positionné des capteurs de muons à l’intérieur de la pyramide. Quand les muons rencontrent des zones de vide, ils les traversent sans ralentir. En revanche, ils ralentissent et s’arrêtent quand ils rencontrent des zones de densité. Ainsi, la quantité de particules récupérée sur les capteurs permet de savoir quand les muons ont traversé une cavité ou non.

Scan Pyramids
Image Les découvertes archéologiques

Grâce à ces techniques, les scientifiques ont ainsi pu mettre en évidence, dès 2016, l’existence d’un corridor long de plus de 5 mètres près de la face nord de la pyramide.
Bien mieux, en 2017, ils identifient une énorme cavité de 30 mètres de long à la verticale de la Grande Galerie, dans laquelle on pourrait loger un avion de ligne de 200 places.
Mais pourquoi ce vide et y a-t-il quelque chose à l’intérieur ? Ce pourrait être une succession de chambres ou un énorme couloir horizontal, une sorte de seconde Grande Galerie. Quant à savoir ce que cette cavité pourrait renfermer, les technologies existantes ne peuvent malheureusement nous le révéler sans qu’une intrusion humaine ne soit pratiquée au cœur du monument, au risque d’endommager la structure, ce que les égyptologues hésitent bien entendu à faire.

Les chercheurs ont poursuivi leurs relevés et ont abouti en 2019 à la conclusion que la cavité mesurait 40 mètres de long et non 30 et qu’elle était probablement d’un seul tenant et non une suite de chambres comme précédemment énoncé.

Zahi Hawass
Zahi Hawass
Image Sciences et Avenir

Zahi Hawass, égyptologue et ancien ministre des Antiquités égyptiennes, s’est d’abord montré réticent face aux conclusions des chercheurs. Mais dans un entretien avec le Daily Express, daté du 14 novembre 2019, il a surpris le monde de l’égyptologie et de la recherche en exprimant sa conviction que « le corps de Kheops pourrait être caché dans ce vide ». Offrant caution à la poursuite des recherches, il a en outre amplifié le suspens. Les scientifiques et les égyptologues se sont remis au travail et nous ne pouvons qu’espérer de nouvelles découvertes dans les mois qui viennent.

La pyramide de Kheops, qui alimente les fantasmes les plus fous depuis plus de 4000 ans, va-t-elle enfin livrer son secret ?

0 Shares

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
11 ⁄ 1 =